Federico FERRARI signe « Le populisme esthétique. L’architecture comme outil identitaire »

Le populisme esthétique

Federico FERRARI, architecte et docteur en urbanisme de l’IUAV de Venise, est chercheur associé du laboratoire ACS/ AUSser (UMR 3329). Il a été post-doctorant au sein du LabEx DynamiTe au cours de l’année 2015, avec comme thème de recherche “L’image architecturale comme outil politique de séduction : Milano 2 et Bussy-Saint Georges”.

Il signe aujourd’hui l’ouvrage “Le populisme esthétique. L’architecture comme outil identitaire” (Infolio).

Une présentation sera faite le mercredi 16 décembre à 19h00, à la librairie Volume (47 rue Notre-Dame de Nazareth – 75003 Paris).

Tout projet populiste procède par exclusion, en ceci qu’il vise à construire un espace à la fois défensif et identitaire. Comment l’architecture peut-elle devenir productrice (et victime) de ce type de montage, structuré autour de l’instrumentalisation politique de la ville ? Les thuriféraires de la postmodernité prétendent que l’hétérogénéité esthétique, supposée faire pièce à l’uniformité moderniste, est l’effet de la “démocratisation des goûts”. En observant la déclinaison néolibérale de ce thème à partir des années 1980, cet essai montre que le populisme esthétique, sous des dehors antimodernistes, cache une vocation éminemment inégalitaire et “sur-moderne”.

  Découvrir la liste des publications soutenues par le LabEx DynamiTe