Poste d’ingénieur·e d’études spécialisé·e en bases de données et traitement de données céramiques

Photo : Jim Makos (Creative Commons)

“Ingénieur·e d’études spécialisé·e en bases de données et traitement de données céramiques”

Date limite de candidature : dimanche 15 mars 2020

Télécharger la fiche de poste complète :

Contexte :

Le Projet “Frontières mayas : pèlerinages, commerce et migrations entre Hautes Terres et Basses Terres du Guatemala” et la mission archéologique Raxruha Viejo (dir. Chloé ANDRIEU), portent les mouvements de population entre Hautes Terres et Basses Terres mayas à l’époque classique, à partir de l’étude d’une zone frontière, stratégique pour les mouvements de personnes et de biens. Une première étude a montré des différences très nettes entre les récipients découverts dans les sites de surface et les grottes, la céramique provenant de ces dernières étant parfois stylistiquement liée en majorité aux Basses Terres, alors que celle des établissements de surface est clairement associée aux productions des Hautes Terres. Ces données semblent indiquer que les grottes étaient d’importants lieux de pèlerinages inter régionaux et que de notables mouvements de populations ont eu lieu du Préclassique (250 ap. J.C.) à nos jours.

De vastes quantités de données concernant l’identification typologique et technologique de la céramique sont maintenant disponibles qu’il nous faut maintenant croiser entre elles et avec les informations stratigraphiques issues des fouilles. Cette analyse globale des données céramiques doit permettre de définir les évolutions stylistiques et technologiques observées au cours du temps afin de mieux appréhender les changements d’affiliation culturelle des habitants de cette région, ainsi que la complexité des interactions culturelles et des mouvements de populations entre Hautes et Basses Terres au Classique. Cette recherche permettra de formaliser les critères permettant de discuter les liens entre systèmes techniques et identités culturelles, et ainsi d’établir un premier cas d’étude à partir duquel nous mettrons en place, dans le cadre d’une collaboration avec plusieurs membres du Groupe de Travail “Territoires culturels et circulations des sociétés anciennes”, une base de données globale pour le Sud de la Mésoamérique.

Missions confiées :

La majorité des études céramiques en Mésoamérique reposent sur l’analyse stylistique du matériel. Ce système, qui s’est avéré efficace pour établir une chronologie, ne permet pas d’intégrer les critères technologiques. Ainsi, les phénomènes de copies, de transferts techniques et imitations, ou encore les données pétrographiques, pourtant indispensables pour aborder les questions de mobilité territoriales et d’affiliation culturelle, ne sont-elles jamais croisées avec les données chronologiques. De leur côté, les rares études technologiques du matériel ne sont jamais mises en relation avec les données stylistiques et leurs évolutions. Il s’agira donc de mettre en place un nouveau système de classification, intégrant l’ensemble des critères disponibles dans cette région (stylistiques, technologiques, pétrographiques et chronologiques), créant ainsi un nouveau modèle de classification céramique pour le sud de la Mésoamérique. Celui-ci qui servira de support à une étude de grande ampleur sur les relations entre systèmes techniques et identités culturelles dans cette région du monde.

La personne recrutée aura donc pour mission d’établir la séquence céramique de la région, de mettre à plat les données C14 disponibles, de les calibrer et de les mettre en relation avec les critères technologiques et stylistiques observés dans le cadre de plusieurs études plus anciennes, créant ainsi un nouveau système de classification céramique. Cela impliquera donc un important travail de remise en contexte des données disponibles dans la région frontalière entre Hautes Terres et Basses Terres, informations nécessaires à la compréhension des mécanismes de mouvements de populations, de pèlerinages et d’abandon des cités dans cette région stratégique.

Ce modèle implique donc la redéfinition des critères utilisés pour l’étude céramique dans cette région du monde et posera les jalons d’une analyse de plus grande ampleur, dont l’ambition est d’être appliqué à d’autres projets et d’autres régions.

Profil recherché :

  • titulaire d’un master 2 (équivalent ingénieur·e d’études) en Archéologie ;
  • bonne maîtrise de l’espagnol.

Compétences demandées :

  • connaissance des thématiques traitées ;
  • connaissance en statistiques ;
  • connaissance en technologie céramique ;
  • connaissance en pétrographie ;
  • maîtrise du logiciel OxCal ;
  • connaissance en systèmes de classement “type-variété” et en
  • classement modal ;
  • maîtrise d’outils d’analyse qualitative ;
  • qualités de synthèse et rédactionnelles ;
  • maîtrise de l’espagnol ;
  • maîtrise de l’anglais.

Conditions de recrutement :

La personne recrutée au sein du LabEx DynamiTe effectuera sa mission au sein de l’UMR 8096 ArchAm, sous la responsabilité de Chloé ANDRIEU.

CDD de 2 mois à temps complet à compter du mercredi 15 avril 2020.

Rémunération : de 1751 € à 1912 € brut (selon expérience).

Envoi des dossiers de candidature (CV + lettre de motivation, mettant en évidence les compétences du/de la candidat·e et ses expériences antérieures en lien avec le poste) avant le dimanche 15 mars 2020 à :

Merci d’indiquer “Bases de données et traitement de données céramiques” comme objet du message. Pour toute précision, merci de contacter Chloé ANDRIEU (chloe.andrieu@cnrs.fr).