“Territoires culturels et circulations des sociétés anciennes”

Responsables :

 Louise GOMARTTrajectoires. De la sédentarisation à l’État (UMR 8215)
 Ludovic MEVELArScAn : Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR 7041)
 Grégory PEREIRAArchAm : Archéologie des Amériques (UMR 8096)

Présentation :

Ce Groupe de Travail (GT) se propose de travailler sur les territoires anciens (principalement du Paléolithique supérieur, Mésolithique, Néolithique, Chalcolithique et Préhispanique) dans leurs dimensions plus culturelles et sociales que proprement environnementales. Il s’attache avant tout aux sociétés principalement appréhendées par le biais d’une lecture des témoins matériels. Il s’agit ainsi de développer une réflexion sur le sens que l’on peut attribuer à ces témoins spatialisés fournis par l’archéologie des sociétés sans écriture en termes de territoires et de mobilité. Cette approche est déclinée en fonction de trois thématiques principales : (1) territorialités économiques ; (2) territorialités sociales ; (3) territorialités culturelles.

Si certaines méthodes (pétrographie, mise en place de référentiels et bases de données, analyses isotopiques et paléogénétiques, géomatique, etc.) et les types de sources (lithiques, céramiques, ocres, hématites, lignites, coquillages, faune, restes humains, etc.) interrogés sont communs, les problématiques, les outils et les échelles d’analyse peuvent différer selon les périodes étudiées et les régions explorées : le partage de ces problématiques ouvrira des voies de recherches exploratoires.

La diversité des approches du GT de la mobilité et des territoires sur chacun de ses terrains rend indispensable de confronter les approches, mais aussi les critères qu’il emploie : questions d’échelles spatiales et chronologiques, représentativité statistique des données, choix des descripteurs (notamment pour déterminer la fonction des sites).

Par ailleurs, du côté des outils géostatistiques à développer, les questions de visibilité, de chemins optimaux, de densité spatiale, etc., sont tout particulièrement explorées afin de tenter des simulations et des modélisations des territoires préhistoriques et de leurs évolutions.

Mots-clés :

Territoires culturels, préhistoire, sessources, paysages, circulations et interactions, modélisation, mobilités.

Terrains de recherche :

  • Bassin Parisien (Vallée de l’Aisne et vallée de la Seine) ;
  • Jura (France, Suisse, Allemagne) ;
  • Europe Centrale et orientale ;
  • Balkans (Bulgarie) ;
  • Océanie (Polynésie Française, Mélanésie) ;
  • Andes (Pérou , Bolivie, Chili) ;
  • Patagonie, Atacama (Chili) ;
  • Alaska (Etats-Unis) ;
  • Hautes terres volcaniques du Michoacán (Mexique) ;
  • Basses-Terres tropicales d’Amérique Centrale (Mexique, Guatemala) ;
  • Arc Caraïbe (DOM).