École d’Été 2016 – Équipe pédagogique

Pauline COTELLE Pauline COTELLE
 GRED : Gouvernance, Risque, Environnement, Développement (UMR 220) (laboratoire de rattachement lors de sa thèse)
 pauline.cotelle@mayane.eu
 cotelle.pauline@gmail.com
 http://mayane.eu/
 https://www.linkedin.com/in/pauline-cotelle-73b27b5b

Pauline COTELLE a intégré l’université Paul Valéry à Montpellier en 2004 en licence de géographie, puis a poursuivi en master 1 « Gestion des Catastrophes et des Risques Naturels » puis en Master 2 recherche afin d’initier son travail de thèse envisagé. Après un stage à l’USGS en Californie en 2008 et sa soutenance de mémoire de master 2 en 2009, elle obtient une bourse doctorale de trois ans auprès de l’ED 60 (Université Paul Valéry Montpellier 3) pour traiter la thématique de la résilience post catastrophe à travers le cas de la Nouvelle-Orléans et du cyclone Katrina. Face à cette thématique très générale, Pauline COTELLE a choisi d’investir son sujet de recherche sous un angle original et novateur, celui de l’insécurité urbaine. Après un travail de terrain important mené aux Etats-Unis, pays pour lequel elle se passionne depuis toujours, elle a soutenu sa thèse intitulée « Une géographie de l’insécurité urbaine post-catastrophe ; le cas de la Nouvelle-Orléans et du cyclone Katrina » le 23 novembre 2014, obtenant les félicitations du Jury.

Depuis sa soutenance, Pauline COTELLE travaille au sein du bureau d’études Mayane en tant qu’ingénieur de recherches et de projets. Ses missions portent principalement sur l’étude de la résilience des territoires face au risque inondation.

Publication

Robin CURA Robin CURA
 Géographie-Cités (UMR 8504)
 robin.cura@gmail.com

Robin CURA est doctorant à Géographie-Cités (UMR 8504) depuis Octobre 2013, sous la direction conjointe de Lena SANDERS et Anne RUAS, au travers d’un contrat doctoral du LabEx DynamiTe exercé au sein de l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne.
Géomaticien de formation, il s’est spécialisé dans la modélisation orientée agents de phénomènes spatio-temporels, ainsi que dans l’analyse des sorties de ces modèles.
Ses recherches de thèse portent sur l’exploration et l’analyse de données spatio-temporelles, appliquées à la modélisation des transformations dans les systèmes de peuplement sur le temps long.

Publications
  • PUMAIN D., SWERTS E., COTTINEAU C., VACCHIANI-MARCUZZO C., IGNAZZI A., BRETAGNOLLE A., DELISLE F., CURA R., LIZZI L., BAFFI S. (2015), « Multilevel comparison of large urban systems« , Cybergeo : European Journal of Geography, Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, document 706

Agnès DEBOULET Agnès DEBOULET
 LAVUE : Laboratoire Architecture, Ville, Urbanisme, Environnement (UMR 7218)
 agnesdeboulet@orange.fr

Agnès DEBOULET est professeure de sociologie à l’Université Paris 8-Vincennes Saint Denis et chercheur à l’UMR LAVUE (UMR 7218 CNRS), qu’elle co-dirige depuis 2015. Ses recherches ont porté principalement sur l’urbanisation populaire au Caire et à Beyrouth, et elle travaille aussi sur les questions de citoyenneté, participation dans les quartiers en rénovation urbaine en France qu’elle étudie dans une perspective sociologique afin de comprendre les processus croisant projet urbain et vulnérabilités. Parmi ses ouvrages, avec I. BERRY-CHIKHAOUI Les compétences des citadins dans le monde arabe–Paris, Karthala (2000) ; avec I. BERRY-CHIKHAOUI and L. ROULLEAU BERGER– of Villes internationales. Entre tensions et réactions des habitants, La découverte (2007) ; avec R. de VILLANOVA, Belleville, quartier populaire ?, Créaphis, 2012 ; avec M. JOLÉ l’ouvrage Mondes urbains. Le parcours engagé de F. NAVEZ-BOUCHANINE, Karthala, 2013. Elle a récemment édité l’ouvrage coordonné par F. NAVEZ-BOUCHANINE, Effets sociaux des politiques urbaines, Paris, Karthala, 2012 et dernièrement avec C. LELÉVRIER, Rénovations urbaines en Europe, 2014

Publications
  • « Les vulnérabilités résidentielles en questions », introduction au dossier, Métropolitiques, avec F. BOUILLON, P. DIETRICH-RAGON et Y. FIJALKOW, le 17-06-2015
  • « Villes convoitées et inégalités », Idées économiques et sociales, n°167, mars 2012, pp. 37-47
  • « Contrer la précarité par la sécurisation foncière et la légalisation. Enjeux et opportunités dans le Monde arabe et en Égypte », in Tiers-Monde, n° 206. 2, « Dynamiques foncières dans les villes du Sud », coordonné par Aurélia MICHEL, Éric DENIS et Rafaël SOARES GONÇALVES, 2011, pp. 75-83
  • avec LELEVRIER Christine, Rénovations urbaines en Europe, Rennes, PUR, 2014
  • avec BERRY-CHIKHAOUI Isabelle, ROULLEAU-BERGER Laurence (dir), Villes internationales. Entre tensions et réactions des habitants, Paris, La découverte. coll recherches, 2007, 325 pages.

Géraldine DJAMENT TRAN Géraldine DJAMENT-TRAN
 SAGE : Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe (UMR 7363)
 geraldine.djament@wanadoo.fr
 https://sage.unistra.fr/membres/enseignants-chercheurs/djament-geraldine/

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure, agrégée de géographie, Géraldine DJAMENT-TRAN est maître de conférences à l’université de Strasbourg, membre de l’UMR SAGE (Sociétés, Acteurs, Gouvernements en Europe – UMR 7363), associée à l’EIREST (Equipe Interdisciplinaire de REcherches sur le Tourisme – EA 7337). Elle co-organise à l’ENS (École Normal Supérieure) les séminaires de recherche « Résilience urbaine » avec Magali REGHEZZA-ZITT et « Politiques culturelles et enjeux urbains » avec Pauline GUINARD. Ses recherches portent sur la résilience urbaine, le patrimoine urbain et la métropolisation.

Publications
  • 2015 : Géraldine DJAMENT-TRAN, « La résilience, une question d’échelles » (en français et traduit en anglais) ; in Magali REGHEZZA-ZITT, Samuel RUFAT (dir) ; Résiliences. Sociétés et territoires face à l’incertitude, aux risques et aux catastrophes ; Londres ; éditions ISTE-Wiley ; p. 59-77
  • 2014 : Géraldine DJAMENT-TRAN, Philippe SAN MARCO (dir.), La métropolisation de la culture et du patrimoine; éditions Le Manuscrit ; collection Fronts pionniers ; Paris ; 443 p.
  • 2012 : Géraldine DJAMENT-TRAN, Magali REGHEZZA-ZITT (dir.) ; Résiliences urbaines. Les villes face aux catastrophes ; éditions Le Manuscrit ; collection Fronts pionniers ; Paris ; 359 p.
  • 2012 : Magali REGHEZZA-ZITT, Samuel RUFAT, Géraldine DJAMENT-TRAN, Antoine LE BLANC et Serge LHOMME, « What Resilience Is Not: Uses and Abuses », Cybergeo : European Journal of Geography, Environnement, Nature, Paysage, article 621, mis en ligne le 18 octobre 2012. URL : http://cybergeo.revues.org/25554 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25554
  • 2011 : Géraldine DJAMENT-TRAN, Rome éternelle ou les métamorphoses de la capitale ; éditions Belin ; collection Mappemonde ; Paris ; 206 p.

JC GAILLARD JC GAILLARD
 School of Environment, The University of Auckland
 jc.gaillard@auckland.ac.nz
 https://jcgaillard.wordpress.com/

JC GAILLARD is Associate Professor at The University of Auckland in New Zealand. He trained as a geographer with particular interest in disaster risk reduction (DRR) in Asia and the Pacific. His present work focuses on developing participatory tools for DRR and in involving minority groups in disaster-related activities with an emphasis on gender minorities, children, prisoners and homeless people. JC also collaborates in participatory mapping and community-based DRR trainings with NGOs, local governments and community-based organisations. He presently serves as editor of the journal Disaster Prevention and Management and was co-editor, with Ben WISNER and Ilan KELMAN, of the Routledge Handbook of Hazards and Disaster Risk Reduction.

Antoine LE BLANC Antoine LE BLANC
 Université Littoral Côte d’Opale
 antoine.le-blanc@univ-littoral.fr

Les travaux de recherche d’Antoine LE BLANC concernent la thématique des risques, essentiellement en rapport avec le milieu urbain. Si, au cours de sa thèse, il avait étudié la gestion du risque sismique dans les villes italiennes, il a ensuite élargi ces recherches à d’autres risques, notamment les risques industriels et technologiques, et à d’autres terrains, notamment le Dunkerquois. Ainsi, dans une perspective comparatiste (avec des comparaisons internationales autant que possible), il essaie de montrer comment évolue la science des risques d’un point de vue théorique mais aussi pratique, opérationnel, en lien avec les territoires et les sociétés qui les habitent. Depuis 2009, Antoine LE BLANC s’intéresse particulièrement à la notion de résilience et à son applicabilité sur les territoires à risques. Les perceptions des risques et les processus mémoriels constituent l’entrée principale de ses travaux sur les risques. Depuis 2013, il travaille également sur un autre domaine de recherche : les pratiques spatiales du sport gay et lesbien, avec une entrée de gestion des risques.

Publications
  • LE BLANC A., ZWARTEROOK I., 2015, Les évolutions de la gouvernance des risques industriels vers une transition plus juste. Le cas du Dunkerque (France), International Journal of Labour Research, Genève, Bureau International du Travail, Bureau for Workers? Activities, p.337-362.
  • LE BLANC A., 2012, Remembering Disasters: the Resilience Approach, Journal of Art Theory and Practice, 14, p.217-245.
  • REGHEZZA-ZITT M., RUFAT S., DJAMENT-TRAN G., LE BLANC A., LHOMME S., 2012, What Resilience Is Not : Uses and Abuses, Cybergéo, 621, http://cybergeo.revues.org/25554.
  • LE BLANC A., 2010, La conservation des ruines traumatiques : un marqueur ambigu de l?histoire urbaine, L?Espace Géographique, 3, p.253?266.
  • LE BLANC A., 2010, Cultural Districts, A New Strategy for Regional Development? The South?East Cultural District in Sicily, Regional Studies, 44?07, p.905?917.

Paul LANE Paul LANE
 Uppsala University Sweden
 paul.lane@arkeologi.uu.se
 http://www.arkeologi.uu.se/Research/Presentations/paul-lane/?languageId=1
 http://www.real-project.eu/

Paul LANE is Professor of Global Archaeology, University of Uppsala, and former President of the Society of Africanist Archaeologists (2008-10), with over twenty-five years’ research experience in the later Holocene archaeology of sub-Saharan Africa. He did his undergraduate degree and doctoral research (an ethnoarchaeological study of space and time among the Dogon in Mali, West Africa) at Cambridge University. He has taught at the University of Dar es Salaam, Tanzania and the University of Botswana, helping to establish archaeology at both institutions. He also served as Director of the British Institute in Eastern Africa, Nairobi (1998-2006), before joining the University of York (2007-13) as a senior lecture and coordinator of the Historical Ecologies of East African Landscapes project funded by a Marie Curie Excellence Grant. His current research builds on this previous work, with an emphasis on climate change and resilience.

Publications
  • LANE, P.J. 2016. Entangled banks and the domestication of East African pastoralist landscapes. In F. Fernandini and L. Der (eds.) Archaeology of Entanglement. Walnut Creek, CA: Left Coast Press, pp. 127-150.
  • LANE, P.J. Archaeology in the age of the Anthropocene: A critical assessment of its scope and societal contributions. Journal of Field Archaeology 40 (5): 485-98.
  • LANE, P.J. 2015. Sustainability: Primordial conservationists, environmental sustainability and the rhetoric of pastoralist cultural heritage in East Africa. In T. Rico and K. Lafrenz Samuels (eds.) Heritage Keywords: Rhetoric and Redescription in Cultural Heritage. Boulder: University Press of Colorado, pp. 259-283.
  • LANE, P.J. 2015. Just how long does ‘long-term’ have to be? Matters of temporal scale as impediments to interdisciplinary understanding in historical ecology. In C. Isendahl and D. Stump (eds.) Oxford Handbook of Applied Archaeology. Oxford: Oxford University Press. DOI: 10.1093/oxfordhb/9780199672691.013.5
  • MARCHANT, R.A. and LANE, P.J. 2014. Past perspectives for the future: foundations for sustainable development in East Africa. Journal of Archaeological Science 51: 12-21.
  • MITCHELL, P. and LANE, P.J. (eds) 2013. The Oxford Handbook of African Archaeology. Oxford: Oxford University Press.

Serge LHOMME Serge LHOMME
 Lab’Urba (EA 3482)
 serge.lhomme@u-pec.fr
 http://serge.lhomme.pagesperso-orange.fr/

Docteur en géographie de l’université Paris Diderot spécialité « dynamique des milieux et risques », maître de conférences à l’université Paris-Est Créteil et chercheur au Lab’URBA, Serge LHOMME est aussi ingénieur diplômé de l’École Nationale des Sciences Géographiques (ENSG). Il a effectué sa thèse à l’École des Ingénieurs de la Ville de Paris (EIVP) et au Pôle de Recherche pour l’Organisation et la Diffusion de l’Information Géographique (PRODIG – UMR 8586). Il a soutenu sa thèse intitulée « Les réseaux techniques comme vecteur de propagation des risques en milieu urbain – Une contribution théorique et pratique à l’analyse de la résilience urbaine » le 3 décembre 2012.

Publications

Annabelle MOATTY Annabelle MOATTY
 GRED : Gouvernance, Risque, Environnement, Développement (UMR 220)
 amoatty@yahoo.fr
 https://fr.linkedin.com/in/annabelle-moatty-2313a85b

Elève de classe préparatoire (Hypokhâgne et Khâgne) en 2006-2008 à Avignon, Annabelle MOATTY a intégré l’université Paul Valéry à Montpellier en 2008 en licence de géographie, puis a poursuivi en master « Gestion des Catastrophes et des Risques Naturels » dont elle sort major en 2011. Elle obtient ensuite la bourse doctorale auprès de l’ED 60 à Montpellier 3 (pour trois ans) pour traiter le sujet suivant « Pour une Géographie des reconstructions post-catastrophe : risques, sociétés et territoires« . Annabelle s’est investie dans deux projets de recherche : Sedimer (Sediment-related Disasters following the 2010 centennial eruption of Merapi Volcano, Java, Indonésie), dirigé par Franck LAVIGNE (LGP : Laboratoire de Géographie Physique – UMR 8591) sur les lahars du Merapi et financé par la fondation AXA pour la recherche ; et Retina (Résilience des territoires face à l’inondation : pour une approche préventive par l’adaptation post évènement) porté par Frédéric GRELOT (lrstea : Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture) et financé par le Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie, qui portait sur les départements de l’Aude et du Var touchés respectivement en 1999 et 2010 par des inondations.

Publications
  • MOATTY A., VINET F. (2015) (à paraître). La reconstruction post-catastrophe, retour d’expérience sur la tornade du 3 août 2008. Géorisque, PULM, 29p.
  • MOATTY A., GAILLARD J.C., VINET F., (2016) (in prep.). De la reconstruction au développement : les enjeux de la reconstruction post-catastrophe.
  • MOATTY A., VINET F., (2016). Post-disaster recovery, the challenge of anticipation. FloodRisk, WebOfConference, 11p.

Julie MORIN Julie MORIN
 Centre Clermontois de Recherche sur le VolcanismeLMV (Laboratoire Magmas et Volcans – UMR 6524)
 julieapi@yahoo.fr
 http://www.earthobservatory.sg/people/julie-morin

Julie MORIN est Docteur en Géographie spécialisée en gestion des risques et des crises liés à la survenue d’aléas naturels. Elle s’intéresse essentiellement aux réponses des populations et institutions face aux crises volcaniques et tsunamis, aux vulnérabilités qui sous-tendent les situations de crise, à la perception des risques, aux modalités d’évacuation des populations et à l’utilité des outils éducatifs et exercices de gestion de crise dans la réduction des risques. Elle a développé ses travaux au sein de plusieurs unités de recherche, notamment le LGP (Laboratoire de Géographie Physique – UMR 8591), le Laboratoire GéoSciences Réunion (UMR 7154), l’Earth Observatory of Singapore (Nanyang Technological University), et s’apprête à rejoindre le Centre Clermontois de Recherche sur le Volcanisme. Ses principaux terrains d’étude se situent dans les territoires français ultra-marins, aux Comores, en Indonésie et en Italie.

Publications
  • MORIN J., BACHÈLERY P., SOULE H., and NASSOR H., 2016. Volcanic risk and crisis management on Grande Comore island. In: BACHÈLERY P., LÉNAT J.-F., DI MURO A., MICHON L. (Eds.), Active Volcanoes of the Southwest Indian Ocean: Piton de la Fournaise and Karthala. Active Volcanoes of the World. Springer-Verlag, Berlin and Heidelberg. pp. 345-466, DOI 10.1007/978-3-642-31395-0_22
  • KOMOROWSKI J.-C., MORIN J., JENKINS S. and KELMAN I., 2016. Challenges of volcanic crises on small islands states. In: BIRD D., FEARNLEY C., HAYNES K., JOLLY G., and MCGUIRE B. (Eds.), Observing the Volcano World: Volcano Crisis Communication. IAVCEI book series, Springer-Verlag
  • MORIN J., LAVIGNE F., 2009. Institutional and social responses to hazards related to Karthala volcano, Comoros. Part II – Deep-seated root causes of Comorian vulnerabilities. SHIMA The International Journal of Research into Island Cultures, Vol. 3:1, pp. 54-71
  • MORIN J., DE COSTER B., FLOHIC F., LAVIGNE F., LE FLOCH D., PARIS R., 2008. Tsunami-resilient communities’ development in Indonesia through educative actions: Lessons from the 26 December 2004 tsunami. Disaster Prevention and Management, Vol.17:3, pp. 430-446.

Melania LUCIFORA Melania NUCIFORA
 Università degli Studi di Catania
 melanianucifora@gmail.com

Melania NUCIFORA, is Contract-Professor in Contemporary History at the University of Catania since September 2014. She has been assistant professor in Contemporary History between 2011 and 2014 at the Department of Humanities – University of Catania. Between 2006 and 2011 she worked as granted researcher at the same Department within a research program entitled Città e campagna nella Sicilia Orientale di età moderna e contemporanea, focusing on the topic of urban and environmental history and history of cultural heritage and cultural identities.

She graduated in Urban History at the Institute of Architecture of Venice (IUAV) in 1998, than she gained her second-level master course in History and Analysis of Territory in Catania in 2000. Between 2001 and 2002 she attempted to the Master Course on Environmental Studies held by the Formez (Centro studi e formazione per la P.A – Italian Government) and the University of Naples Federico II, promoted and financed by the European Commission. From 2002 to 2004 she worked as a consultant for the Department for Research and Development of the Italian Ministry for the Environment.

She teaches Urban History at the Erasmus Mundus European Master Course TEMA (Territoires Européens Master – Identité et Développement) and she is a member of its Pedagogic Council.

She is a member of the AISU national steering board (Associazione Italiana di Storia Urbana – Italian Association for Urban History). She is a member of the EAUH (European Association of Urban History) and of the SISSCO (Società Italiana per lo Studio della Storia Contemporanea).

She is actually grad student at the CRH (Centre de Recherches Historiques – UMR 8558) in Paris.

Publications
  • NUCIFORA M., Governare la crescita urbana. Amministrazioni, burocrazie, urbanisti a Catania tra età liberale e anni Settanta del Novecento, Bonanno Editore, Catania 2011.
    ISBN 978-88-7796-829-6.
  • NUCIFORA M., Il paesaggio della storia. Patrimonio, identità, territorio nella Sicilia sud orientale, Bonanno Editore, Catania 2008, 2011. Preface by Piero BEVILACQUA.
    ISBN 978-88-7796-587-5.
  • NUCIFORA M., L’Unesco, l’Europa e la definizione delle identità regionali, in L’Italia e le sue regioni, edited by M. SALVATI and L. SCIOLLA, Treccani, Roma 2014, pp. 477-496.
    ISBN 978-88-12-00531-4.
  • NUCIFORA M., Siracusa nel secondo dopoguerra. Territorio, paesaggio, ambiente, in Storia di Siracusa. Economia, politica, società (1946-2000), edited by S. ADORNO, Preface by Carlo TRIGILIA, Donzelli, Roma 2014, pp. 225-254.
    ISBN 978-88-6843-179-2.
  • NUCIFORA M., Il municipio e la modernizzazione. Amministrazione e burocrazie tecniche a Catania tra età liberale e fascismo, in Tra libera professione e ruolo pubblico, edited by P. DOGLIANI e O. GASPARI, CLUEB, Bologna 2012, pp. 125-153.
    ISBN 978-88-491–3698-2.

Elisabeth PEYROUX Elisabeth PEYROUX
 PRODIG : Pôle de Recherche pour l’Organisation et la Diffusion de l’Information Géographique (UMR 8586)
 elisabeth.peyroux@cnrs.fr

Géographe et anthropologue, Elisabeth PEYROUX est chargée de recherche au CNRS, membre de l’UMR PRODIG (UMR 8586). Elle travaille sur les stratégies de développement urbain dans les villes du Sud, plus particulièrement à Johannesburg. Ses travaux sur la résilience portent sur les enjeux épistémologiques, théoriques et normatifs de la transposition de la notion de résilience dans le champ des études urbaines et sur les enjeux de son opérationnalisation dans le cadre de la planification urbaine. Ils interrogent plus particulièrement les liens entre résilience urbaine, durabilité et développement dit « inclusif » et questionnent les formes de gouvernance qui sont associées à la notion de résilience dans le domaine de la gestion urbaine.

Publications
  • PEYROUX E., (2015), Discourse of urban resilience and « inclusive development » in the Johannesburg Growth and Development Strategy 2040, The European Journal of Development and Research, Special issue on « Inclusive Development », 27 (4), pp. 560-573.
  • PEYROUX E., SCOTT D., BAUD I., JAMESON S., (2014), Spatial knowledge management and participatory governance: Rethinking the trajectories of urban, socio-economic and environmental change and the politics of ‘sustainability’ in Southern cities, Final Analytical framework of the Chance2Sustain (C2S) research project. http://www.chance2sustain.eu/79.0.html
  • PEYROUX E., (2013), La résilience urbaine comme nouveau référentiel de l’action publique ? L’exemple de la stratégie de développement et de croissance de Johannesburg, Communication au Colloque CANAL2013 « Circulations et appropriations des normes et des modèles de l’action local », Montpellier, Agropolis International, 21/03/13.
  • PEYROUX E., (2013), Urban resilience and sustainability: Challenges and implications for urban planning and urban management with particular reference to South Africa, Chance2Sustain Durban meeting, 17/10/13.
  • METZGER P., PEYROUX E., 2016, Entre usage rhétorique et effets politiques : la mise en œuvre de la notion de résilience dans la planification urbaine à Johannesburg et la gestion des risques à Lima. Communication aux XXXIIèmes Journées du développement ATM 2016 « Catastrophes, vulnérabilités et résiliences dans les pays en développement », Université Lille 1, 1-3 juin 2016.

Odile PLATTARD Odile PLATTARD
 Géographie-Cités (UMR 8504) | LGP : Laboratoire de Géographie Physique (UMR 8591)
 odileplattard@gmail.com
 https://odileplattard.wordpress.com/

Odile PLATTARD est architecte d’État, spécialisée dans la prévention des risques majeurs. Elle a suivi ses études d’architecture à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette avant de se spécialiser quelques années plus tard dans l’Architecture et les Risques Majeurs en suivant un DSA à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Belleville. Elle est aujourd’hui en doctorat à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne sous la co-direction d’Arnaud BANOS (Géographie-Cités – UMR 8504) et Franck LAVIGNE (LGP – UMR 8591). Sa thèse porte sur la définition de stratégies d’évacuation des populations littorales face à un tsunami. Ce travail s’intègre dans le cadre du programme européen ASTARTE développé depuis 2013. La méthode de définition des stratégies sera basée sur des simulations multi-agents.

Publications

MAGALI REGHEZZA-ZITT Magali REGHEZZA-ZITT
 LGP : Laboratoire de Géographie Physique (UMR 8591)
 magali.reghezza@ens.fr
 http://www.geographie.ens.fr/-Magali-Reghezza-Zitt-.html

Magali REGHEZZA-ZITT est maître de conférences habilitée à diriger des recherches à l’École normale supérieure. Géographe, elle a d’abord travaillé sur la vulnérabilité des espaces métropolitains à partir du cas de la crue centennale en Île-de-France en travaillant sur le lien entre risques et territoires. Elle a ensuite orienté ses travaux sur les questions de résilience urbaine. Elle travaille actuellement sur la prise en compte de l’incertitude dans la prévention des risques et la gestion de crise et la mise en œuvre des impératifs de résilience et d’adaptation en France.

Publications
  • 2015 : L’adaptation en Île-de-France entre injonction et recyclage. Techniques et politiques de la société de l’incertitude,en collaboration avec S. RUFAT, Développement durable et territoires, 6(3), https://developpementdurable.revues.org/11035
  • 2015 : Territorialiser ou ne pas territorialiser le risque et l’incertitude. La gestion territorialité à l’épreuve des nouvelles dynamiques du risque d’inondation en France, Espace politique, 26(2), https://espacepolitique.revues.org/3543

Samuel RUFAT Samuel RUFAT
 Géographie-Cités (UMR 8504)
 samuel.rufat@u-cergy.fr
 https://www.u-cergy.fr/fr/_plugins/mypage/mypage/content/srufat.html

Samuel RUFAT est maître de conférence à l’Université de Cergy-Pontoise et responsable du Master Géomatique appliquée aux études urbaines et aux risques. Ses travaux de recherche s’inscrivent dans le champ de la géographie urbaine avec trois principales directions : la vulnérabilité et la résilience urbaine, les métropoles post-socialistes et l’étude des pratiques et des représentations spatiales des joueurs de jeux vidéo. Son approche privilégie l’échelle intra-urbaine et les processus de différenciation socio-spatiale des territoires. Il s’appuie sur le croisement d’approches quantitatives (analyses statistiques, cartographie, SIG) et qualitatives (entretiens, enquêtes, corpus de documents, SIG qualitatif), ainsi que la mise en œuvre de démarches comparées. Il est membre du Comité de rédaction de Cybergeo, European Journal of Geography et Correspondant de L’Espace géographique.

Publications
  • RUFAT S., 2008, Bucarest entre inertie et résilience: questions d’échelle et de terminologie, in Pérennité urbaine, ou la ville par-delà ses métamorphoses, Paris: L’Harmattan, vol.1, p.187-198

Pauline TEXIER-TEIXEIRA Pauline TEXIER-TEIXEIRA
 EVS : Environnement Ville Société (UMR 5600)
 pauline.texier@univ-lyon3.fr

Pauline TEXIER-TEIXEIRA est Maître de Conférences en Géographie à l’Université Jean Moulin – Lyon 3 et chercheure à l’UMR Environnement Ville Société. Elle est spécialisée dans l’analyse des risques (d’origine naturelle, technologique ou sociétale), l’accès aux ressources au quotidien, la vulnérabilité et les capacités des personnes à se préparer et faire face aux événements. Ses recherches (menées en contexte Sud : Indonésie, Brésil, Cap-Vert et en contexte Nord : France) s’articulent autour des mécanismes de gestion des risques et des ressources sur les territoires, et des stratégies institutionnelles et non institutionnelles (dont informelles) mises en œuvre pour réduire les risques, l’analyse des jeux d’acteurs et de la faisabilité d’une gestion intégrée et participative des risques. Elle travaille sur l’expérimentation de méthodes de recherche-action et participatives. Elle dirige un master professionnel sur la gestion des risques.

Publications
  • TEXIER-TEIXEIRA P. et EDELBLUTTE E. (à paraître) : Jakarta-Mumbai: Two megacities engaged into a marginalization process toward slum areas in facing floods. To reduce vulnerability: a challenge too high for Hyogo 2015? In SUDMEIER-RIEUX K., FERNÁNDEZ M., PENNA I., JABOYEDOFF and GAILLARD J.-C. (eds) 2016 IDENTIFYING EMERGING ISSUES IN DISASTER RISK REDUCTION, MIGRATION, CLIMATE CHANGE AND SUSTAINABLE DEVELOPMENT. SHAPING DEBATES AND POLICIES. Springer edition.
  • GUETAT-BERNARD H. et TEXIER-TEIXEIRA P. (2014) : Inégalités de genre et gestion sociale des ressources, introduction partie 1. In GUÉTAT-BERNARD H. (eds.) Féminin-Masculin, genre et agriculture familiales. Editions Quae, collection Nature et Société, Versailles, 256p.
  • TEXIER-TEIXEIRA P., CHOURAQUI F., PERRILLAT-COLLOMB A., LAVIGNE F., CADAG J.-R. et GRANCHER D. (2013) : Reducing Volcanic Risk On Fogo Volcano, Cape Verde, Through A Participatory Approach : Which Outcoming ? Natural Hazards Earth System Sciences (Nhess) Discussions, n° 1, pp. 1-34.
  • COLLECTIF (2012) : Handbook for Volcanic Risk Management (prevention, crisis management, resilience), resultats du programme de recherche 7ème PCRD MIAVITA, presses d’Orléans, 204p.
  • LAVIGNE F., DE COSTER B., JUVIN N., FLOHIC F., TEXIER P., MORIN J., GAILLARD J.-C., SARTOHADI J., 2008. People’s behaviour in the face of volcanic hazards; view from Javanese communities, Indonesia. Journal of Volcanology and Geothermal Research, 172, 3-4, 273-287.

John WEISHAMPEL John WEISHAMPEL
 GAMES Lab: Geospatial Analysis and Modeling of Ecological Systems
 john.weishampel@ucf.edu
 http://biology.cos.ucf.edu/faculty/john-weishampel/

John F. WEISHAMPEL is the UCF Associate Dean of the College of Graduate Studies, Professor of Biology, and Director of Interdisciplinary Studies and the Geospatial Analysis and Modeling of Ecological Systems (GAMES) Lab. He earned his MS and PhD degrees in Environmental Sciences at the University of Virginia and his BS in Biology at Duke University. He was a National Research Council Postdoctoral Fellow in the Forest Ecosystem Dynamics (FED) research group at the Biospheric Sciences Branch of NASA Goddard Space Flight Center. He was the recipient of NASA New Investigator and NSF CAREER awards in the fields of Earth Systems Science and Environmental Biology, respectively. He also served as a Bullard Fellow at Harvard Forest and as a Fulbright Senior Scholar at Simon Fraser University in Vancouver, Canada and at the University of Freiburg in Freiburg, Germany. He is the author of over 50 peer-reviewed journal articles mostly in the field of ecology. His research has been reported on by the New York Times, The New Yorker, National Geographic, CNN, BBC, Der Spiegel, Slate and I F***ing Love Science.

Publications
  • CHASE A. F., D. Z. CHASE, C. T. FISHER, S. J. LEISZ, and J. F. WEISHAMPEL. 2012. Geospatial revolution and remote sensing LiDAR in Mesoamerican archaeology. Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) 109: 12916-12921.
  • CHASE A. F., D. Z. CHASE, J. F. WEISHAMPEL, J. B. DRAKE, R. L. SHRESTHA, K. C. SLATTON, J. J. AWE, and W.E. CARTER. 2011. Airborne LiDAR, archaeology, and the ancient Maya landscape at Caracol, Belize. Journal of Archaeological Science 38: 387-398.
  • DRAKE J. B., R. O. DUBAYAH, D. B. CLARK, R. G. KNOX, J. B. BLAIR, M. A. HOFTON, R. L. CHAZDON, J. F. WEISHAMPEL, and S. PRINCE. 2002. Estimation of tropical forest structural characteristics using large-footprint lidar. Remote Sensing of Environment 79: 305-319.
  • HIGHTOWER J. N., A. C. BUTTERFIELD, and J. F. WEISHAMPEL. 2014. Quantifying ancient Maya land use legacy effects on contemporary rainforest canopy structure. Remote Sensing. 6: 10716-10732.
  • WEISHAMPEL J. F., J. B. BLAIR, R. G. KNOX, R. DUBAYAH, and D. B. CLARK. 2000. Volumetric lidar return patterns from an old-growth tropical rainforest canopy. International Journal of Remote Sensing 21: 409-415.

École d’Été 2016 du LabEx DynamiTe

 Présentation

 Comité d’organisation

 Programme

 Informations pratiques